Foire aux questions

  • Qu’est-ce que le Plan France Très Haut Débit ?

    • Quel est l’objectif du Plan France Très Haut Débit ?

      Lancé au printemps 2013, le Plan France Très Haut débit vise à couvrir l’intégralité du territoire en Internet très haut débit d’ici 2022, c'est-à-dire à proposer un accès à Internet performant à l'ensemble des logements, des entreprises et des établissements publics et privés.

      Pour atteindre cet objectif, il mobilise un investissement de 20 milliards d’euros en dix ans, partagé entre les opérateurs privés, les collectivités territoriales, l’État et l’Europe.À la fin de l'année 2016, 1 Français sur 2 a déjà accès à l'Internet très haut débit.

      Ce Plan répond à plusieurs enjeux:

      - Renforcer la compétitivité de l’économie française et l'attractivité de la France par le raccordement prioritaire en fibre optique des zones d’activités économique.
      - Développer des services publics innovants sur l’ensemble du territoire, y compris dans les zones rurales et de montagne, en apportant un accès à Internet performant dans les établissements scolaires, les hôpitaux, les maisons de santé, les maisons de l'emploi, etc.
      - Donner accès aux usages numériques à tous les citoyens.


      Découvrez-en plus grâce au programme court, réalisé par France TV avec le soutien du Ministère de l’Économie et des Finances.
    • Comment s’organisent les déploiements dans le cadre du Plan France Très Haut Débit ?

      Dans le cadre du Plan France Très Haut Débit, le déploiement de réseaux très haut débit est organisé en même temps sur l’ensemble du territoire grâce à la mobilisation des acteurs privés et publics : 

      - Dans les grandes agglomérations et chefs-lieux de département, les opérateurs privés déploient des réseaux de fibre optique jusqu’à l’abonné (FttH). Ils s'engagent à réaliser ces déploiements d'ici 2020 dans le cadre de conventions signées avec les collectivités territoriales concernées et l'État. Cette zone dite « d’initiative privée »  concerne 3 600 communes et 57 % de la population et représentent un investissement de 6 à 7 milliards d'euros.
      - En dehors des grandes agglomérations, les collectivités territoriales déploient des réseaux publics mobilisant plusieurs types de réseaux d’accès à l’Internet à très haut débit : FttH majoritairement, amélioration des débits sur le réseau téléphonique (DSL), satellite, Wimax, 4G. Propriété des collectivités territoriales, ces « réseaux d’initiative publique » proposent, comme les réseaux privés, des services aux particuliers et entreprises par des fournisseurs d’accès à Internet (FAI). Les recettes d’exploitation et le cofinancement provenant de ces FAI permettront ainsi de financer la moitié de l’investissement nécessaire, estimé entre 13 et 14 milliards d’euros. La seconde moitié de l'investissement (6 à 7 milliards d'euros) est financée par des subventions publiques, dont une enveloppe de subvention de l'État de plus de 3 milliards d'euros. 

      Le Plan France Très Haut Débit est piloté par l'Agence du numérique, service à compétence nationale du ministère de l’Economie et des Finances et au Secrétariat d’Etat chargé du Numérique et de l’Innovation, qui a pour objectifs d’impulser, d’accompagner et d’animer des projets et initiatives numériques dans les territoires.

      Le Plan France Très Haut Débit est financé dans le cadre du Programme des Investissements d'avenir.

    • Qui finance le déploiement du très haut débit dans le cadre du Plan France Très Haut Débit ?

      Sur les communes situées en « zone d’initiative privée », les déploiements de réseaux Très Haut Débit de fibre optique jusqu’à l’abonné sont pris en charge par les opérateurs privés sur leurs fonds propres. Ces opérateurs se sont engagés à réaliser ces déploiements d'ici 2020. Ces investissements représentent environ 6 à 7 milliards d'euros.

      Sur les communes situées en « zone d’initiative publique », les déploiements de réseaux Très Haut Débit sont assurés par les collectivités territoriales. Le financement de ces réseaux est partagé entre ces collectivités (communes, communautés de communes, département, région), l’État, l’Europe et les opérateurs télécom. Ces investissements représentent environ 13 à 14 milliards d'euros.

    • Qu’est-ce que la zone d’initiative privée ?

      La « zone d’initiative privée » correspond aux 3 600 communes pour lesquelles les opérateurs privés se sont engagés à déployer des réseaux FttH d’ici 2020, sur leurs fonds propres. Ces communes sont principalement situées dans les grandes agglomérations ainsi que les chefs-lieux de département et leurs environs. Cette zone concerne environ 57 % de la population.

      Pour savoir si votre logement se situe dans la zone d’initiative privée, référez-vous à la question « Comment savoir dans quel type de zone de déploiement mon logement est situé ? » dans la rubrique « Le Très Haut Débit chez moi ».

    • Qu’est-ce que la zone d’initiative publique ?

      La « zone d’initiative publique » correspond aux communes pour lesquelles les déploiements de réseaux d’accès à l’Internet très haut débit sont assurés par les collectivités territoriales, qui établissent des « réseaux d’initiative publique » (RIP). Le déploiement de ces réseaux est financé par les collectivités (communes, communautés de communes, département, région), l’État, l’Europe et les opérateurs privés.

      Pour savoir si votre logement se situe dans la zone d’initiative publique, référez-vous à la question « Comment savoir dans quel type de zone de déploiement mon logement est situé ? » dans la rubrique « Le Très Haut Débit chez moi ».

  • Le très haut débit

    • Qu’est-ce que le débit ?

      Le débit désigne la quantité de données qu’un réseau permet de transférer en un temps donné. Il est exprimé en bits par seconde (bit/s), kilobits par seconde (kbit/s), mégabits par seconde (Mbit/s), ou encore gigabits par seconde (Gbit/s), selon le niveau de débit.
      Plus le débit est élevé, plus la vitesse de transmission et de réception des données (documents, vidéos, musiques, etc.) est rapide.

    • Qu’est-ce que le très haut débit ?

      Le très haut débit est un accès à Internet performant, qui permet d'envoyer et de recevoir un grand nombre de données (documents, photos, vidéos, etc.) dans un temps très court. L’accès à Internet est considéré à « très haut débit » dès que le débit descendant, permettant de recevoir les données, est supérieur à 30 Mbit/s par seconde (standard défini par la Commission européenne).

    • Qu’est-ce que la fibre optique ?

      La fibre est un tube en verre aussi fin qu'un cheveu, qui permet de transmettre des données à la vitesse de la lumière.
      Elle est utilisée dans la majorité des réseaux d’accès à Internet à très haut débit, de manière plus ou moins capillaire jusqu’au logement

      Découvrez-en plus grâce au « programme court » suivant, réalisé par France TV avec le soutien du Ministère de l’Économie et des Finances:
      Qu'est-ce que la fibre optique
      La fibre optique fabriquée en France
  • Les réseaux d’accès à internet très haut débit

    • Quels sont les différents types de réseau d’accès à l’internet très haut débit ?

      Pour déployer le très haut débit sur le territoire, plusieurs types de réseaux sont utilisés, le plus souvent de façon complémentaire :

      - La fibre optique jusqu’à l’abonné, appelée FttH pour « Fiber to the Home » (fibre à la maison), qui sera déployée sur près de 80% du territoire en 2022.
      - Le réseau téléphonique en fil de cuivre, à partir duquel a été déployée la technologie « ADSL », qui peut être modernisé en apportant la fibre au cœur des villes, des villages ou au pied des immeubles (MED : montée en débit), 
      - Le câble, initialement utilisé pour la télévision et dont la modernisation par l’apport de la fibre jusqu’au plus près des logements permet de fournir un accès à Internet par la technologie dite « DOCSIS »
      - Les technologies radio « Long Term Evolution » (comme la 4G pour un accès à Internet fixe, le WiMAX)) ou le satellite.

      Découvrez-en plus grâce au « programme court » suivants, réalisé par France TV avec le soutien du Ministère de l’Économie et des Finances :
      Les réseaux de l'internet très haut débit
    • Quelles sont les principales différences entre les réseaux d’accès filaires ?

      Sur le réseau en fibre optique jusqu’à l’abonné, l’envoi et la réception de données sont réalisés par un signal lumineux envoyé depuis un nœud de réseau intermédiaire (appelé NRO, nœud de raccordement optique) jusqu’à l’intérieur du logement. La qualité de ce signal lumineux est conservée jusqu’au logement, y compris sur des distances de plusieurs kilomètres. Sur ce réseau, le niveau du débit varie donc théoriquement uniquement en fonction de la puissance des équipements installés par l’opérateur : de plusieurs centaines de Mbit/s à plus d’un Gbit/s.
      En règle générale, les offres proposées par les fournisseurs d’accès à internet sur le réseau en fibre optique jusqu’à l’abonné fournissent des débits « symétriques », c’est-à-dire qu’elles permettent de recevoir les données aussi rapidement qu’elles permettent de les envoyer.


      Sur le réseau téléphonique, l’envoi et la réception de données sont réalisés par un signal électrique envoyé depuis un nœud de réseau intermédiaire (historiquement le « central téléphonique ») vers un logement. Ce signal subit un affaiblissement en fonction de la distance entre ce nœud intermédiaire et le logement. Sur ce réseau, le niveau de débit peut donc varier fortement d’un logement à un autre, principalement du fait de la longueur des lignes : de plus de 30 Mbit/s par seconde par endroit (très haut débit), à un débit inférieur à 3 Mbit/s par seconde pour les logements les plus éloignés (en « bout de ligne »). Les opérations dites de « montée en débit » (MED) permettent de rapprocher la fibre du logement, de réduire la distance et l’affaiblissement du signal, et donc d’augmenter les débits.
      En règle générale, les offres proposées par les fournisseurs d’accès à internet sur le réseau téléphonique fournissent des débits « asymétriques », c’est-à-dire qu’elles permettent de recevoir les données plus rapidement qu’elles ne permettent de les envoyer.


      Sur le réseau à terminaison en câble coaxial, l’envoi et la réception de données sont réalisés par un signal lumineux sur une portion significative du réseau en fibre optique, puis par un signal électrique sur la dernière portion en câble coaxial, généralement à partir de l’intérieur des immeubles. La qualité du signal est conservée jusqu’au logement. Le débit varie donc principalement en fonction de la puissance de l’équipement installé par l’opérateur, mais aussi de la longueur de la portion du réseau en câble coaxial : de plusieurs dizaines à plusieurs centaines de Mbit/s.
      En règle générale, les offres proposées par les fournisseurs d’accès à internet sur les réseaux câblés fournissent des débits « asymétriques », c’est-à-dire qu’elles permettent de recevoir les données plus rapidement qu’elles ne permettent de les envoyer.


      Pour en savoir plus sur les débits et la qualité de service offerts par les différentes technologies, vous pouvez consulter l’observatoire de la qualité de l’accès à l’Internet fixe du régulateur.
      Voir également le site de la Direction Générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes.
  • Le Très Haut Débit chez moi

    • À quoi sert le très haut débit ?

      Le très haut débit est un accès à Internet performant, qui permet d'envoyer et de recevoir un grand nombre de données (documents, photos, vidéos, etc.) dans un temps très court. L’accès à Internet est considéré à « très haut débit » dès que le débit descendant, permettant de recevoir les données, est supérieur à 30 Mbit/s par seconde (standard défini par la Commission européenne).

      Le très haut débit permet d’accéder à de meilleurs services, accès à internet, navigation plus fluide et plus rapide. Les débits sont élevés et permettent la transmission rapide de données.

    • Comment connaitre mon débit Internet en fonction du type de réseaux qui sont ou seront déployés chez moi ?

      Dans le cadre du Plan France Très Haut Débit, l’Agence du numérique (service rattaché au ministère de l’Economie et des Finances qui coordonne le Plan France Très Haut Débit) a développé une carte des niveaux de débit Internet.

      L'Observatoire France Très Haut Débit permet de visualiser chez vous, à l'échelle de votre commune ou de votre département, le niveau de votre débit Internet en fonction du type de réseaux qui sont ou seront déployés.

      Mis à jour chaque trimestre, il a pour objectifs d'assurer une transparence dans le suivi des déploiements et d’évaluer le respect de la couverture intégrale du territoire en très haut débit d’ici 2022.
      La dernière mise à jour date de fin septembre 2016.
    • Comment savoir dans quel type de zone de déploiement mon logement est situé ?

      Le mode expert de l'Observatoire France Très Haut Débit permet de connaitre la zone de déploiement dans laquelle vous vous situez.

      Pour connaitre cette zone, il vous faut suivre les étapes suivantes :
      - ouvrir le menu en haut à gauche de la fenêtre :

      - sélectionner mode expert :

      - sélectionner « zones de déploiement par les opérateurs privés » dans les options qui s’affichent :


      Les zones en dehors des zones de déploiement privées seront déployées par des réseaux d’initiatives publiques (RIP), portés par des collectivités territoriales.

      Pour en savoir plus sur les déploiements des opérateurs dans les zones privées, il convient de contacter l’opérateur en charge du déploiement sur votre commune, renseigné dans l’observatoire.

    • Pourquoi est-ce qu’il n’existe pas de calendrier précis d’arrivée du THD chez moi ?

      Le déploiement d’un réseau très haut débit implique la réalisation de travaux, qui peuvent varier selon le type de réseau et la commune concernée : tranchées, installation de fourreaux, déroulement de la fibre optique dans des gaines souterraines ou le long du réseau électrique ou téléphonique, installation d’une parabole, etc. 

      Ces travaux nécessitent un temps d’études, avant de lancer la réalisation concrète du déploiement. À ce stade, c’est uniquement lorsque la phase de réalisation débute qu’une information peut être crédible et donc communiquée.

  • La fibre jusqu’à l’abonné

    • Qui sont les opérateurs qui déploient des réseaux en fibre optique jusqu’à l’abonné ?

      Pour vous faire bénéficier d’un accès au très haut débit, des opérateurs télécom appelés « opérateurs d’infrastructure » déploient de nouveaux réseaux en fibre optique jusqu’à l’abonné (appelés réseaux FttH) sur la majeure partie du territoire.

      On distingue deux principaux types d’opérateurs d’infrastructures qui déploient des réseaux FttH :
      - les opérateurs privés qui, sur leurs fonds propres, déploient la fibre dans les communes des zones très denses, qui sont définies par l’Arcep (liste des 106 communes des zones très dense), et dans les communes les plus denses des zones situées en dehors de ces communes.
      - les réseaux d’initiative publique (RIP) qui, avec l’apport de subventions locales et nationales et en partenariat avec des opérateurs privés, déploient des réseaux dans les communes restantes du territoire.
    • Comment s’articulent les relations entre ces opérateurs d’infrastructure et mon fournisseur d’accès à Internet ?

      Les réseaux FttH sont dits « mutualisés », c’est-à-dire que les opérateurs d’infrastructure qui les déploient, qu’ils soient publics ou privés, doivent les rendre accessibles à l’ensemble des fournisseurs d’accès à Internet (ou opérateurs commerciaux). Cette mutualisation est prévue par la loi afin que les utilisateurs finals puissent choisir entre plusieurs fournisseurs d’accès à Internet, sans que ces derniers aient à construire intégralement leur propre réseau.

      Les conditions d’accès des opérateurs commerciaux aux réseaux FttH déployés par les opérateurs d’infrastructures, et notamment l’emplacement et les caractéristiques du point d’accès, sont définies par l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes).

      Pour en savoir plus vous pouvez consulter le site du régulateur sur la fibre optique.
    • Comment la fibre optique jusqu’à l’abonné est-elle déployée ?

      Le déploiement des réseaux FttH s’effectue en trois temps : d’abord par le déploiement de la partie mutualisée du réseau par l’opérateur d’infrastructure, ensuite par le raccordement des opérateurs commerciaux de leurs réseaux au réseau mutualisé mis à disposition par l’opérateur d’infrastructure et, enfin, par la réalisation du raccordement final de votre logement.

      1ère étape : le déploiement du réseau mutualisé.

      Le déploiement du réseau mutualisé s’effectue dans des conditions différentes en fonction des zones concernées :
      - dans les zones les plus denses, le réseau est généralement mutualisé uniquement dans les immeubles collectifs ou, pour les habitations individuelles et les plus petits immeubles collectifs, jusqu’à un point qui regroupe une centaine de logements.
      - en dehors de ces communes les plus denses et pour tout le reste du territoire, la mutualisation du réseau est plus importante et s’effectue généralement jusqu’à un point qui regroupe plusieurs centaines logements.
      Pour déployer le réseau FttH mutualisé en dehors des immeubles collectifs, les opérateurs d’infrastructures utilisent :
      - les infrastructures de génie civil souterraines ou aériennes existantes qui accueillent aujourd’hui des réseaux en cuivre (historiquement pour déployer le téléphone et l’ADSL) et en câble coaxial (historiquement pour la télévision) ;
      - les infrastructures de génie civil des collectivités locales,
      - certains réseaux d’assainissement lorsqu’ils sont visitables (notamment à Paris).

      2ème étape : le raccordement du réseau mutualisé par les opérateurs commerciaux.

      Quelle que soit la zone concernée, les opérateurs commerciaux raccordent ensuite leurs propres infrastructures au réseau mutualisé qui leur est mis à disposition par l’opérateur d’infrastructure, afin de pouvoir proposer leurs services aux utilisateurs final. Pour ce faire, ils utilisent également les infrastructures de génie civil disponibles en amont du réseau mutualisé.

      Cette opération étant coûteuse, les opérateurs commerciaux mutualisent parfois également ces déploiements ou achètent ou louent une partie des infrastructures déjà déployées par d’autres opérateurs.

      Enfin, certains opérateurs commerciaux ne réalisent pas eux-mêmes ces opérations et, pour vous fournir un service, ils achètent préalablement un service dit « activé » à un opérateur commercial ayant déjà raccordé le réseau mutualisé.

      3ème étape : le raccordement de votre logement. Une fois la partie mutualisé du réseau FttH déployée et raccordée par les opérateurs commerciaux, il s’agit enfin de raccorder votre logement. En effet, dans le cas des immeubles collectifs, le réseau mutualisé établi lors de la première étape s’arrête devant le palier du logement et, dans le cas des habitations individuelles et des plus petits immeubles collectifs, il s’arrête dans la rue à proximité immédiate du logement.
      Cette dernière étape ne s’effectue que si le propriétaire ou le locataire du logement en fait la demande auprès d’un opérateur commercial raccordé au réseau mutualisé.

      Pour en savoir plus sur les détails du déploiement de la fibre dans les immeubles dans les communes des zones très denses vous pouvez consulter la FAQ du régulateur.
  • Le Très Haut Débit, pour quoi faire ?

    • Quel est l’impact du Très Haut Débit pour les entreprises ?

      Découvrez-en plus grâce au « programme court » suivant, réalisé par France TV avec le soutien du Ministère de l’Économie et des Finances :

      Le très haut débit pour les entreprises
    • Quel est l’impact du Très Haut Débit pour les professionnels de santé ?

      Découvrez-en plus grâce au « programme court » suivant, réalisé par France TV avec le soutien du Ministère de l’Économie et des Finances :

      Le très haut débit pour la santé
    • Quel est l’impact du Très Haut Débit pour l’éducation et l’apprentissage ?

      Découvrez-en plus grâce au « programme court » suivant, réalisé par France TV avec le soutien du Ministère de l’Économie et des Finances :

      Le très haut débit pour l'éducation et l'apprentissage
    • Quel est l’impact du Très Haut Débit pour la culture et le divertissement ?

      Découvrez-en plus grâce au « programme court » suivant, réalisé par France TV avec le soutien du Ministère de l’Économie et des Finances :

      Le très haut débit pour la culture et le divertissement